A B C D E F G H I J K L M N O P R S T U W Y
 

Here you can read or download the book "Lillusion comique" author Pierre Corneille.
Books Fiction
Pierre Corneille
Lillusion comique

Pages:


1 | 2 | 3 > >>




ACTE I



<p>SCENE PREMIERE.</p><br />


DORANTE.


Ce mage, qui d'un mot renverse la nature,


N'a choisi pour palais que cette grotte obscure.


La nuit qu'il entretient sur cet affreux séjour,


N'ouvrant son voile épais qu'aux rayons d'un faux jour,


De leur éclat douteux n'admet en ces lieux sombres


Que ce qu'en peut souffrir le commerce des ombres.


N'avancez pas : son art au pied de ce rocher


A mis de quoi punir qui s'en ose approcher ;


Et cette large bouche est un mur invisible,


Où l'air en sa faveur devient inaccessible,


Et lui fait un rempart, dont les funestes bords


Sur un peu de poussière étalent mille morts.


Jaloux de son repos plus que de sa défense,


Il perd qui l'importune, ainsi que qui l'offense ;


Malgré l'empressement d'un curieux désir,


Il faut, pour lui parler, attendre son loisir :


Chaque jour il se montre, et nous touchons à l'heure


Où pour se divertir il sort de sa demeure.


PRIDAMANT.


J'en attends peu de chose, et brûle de le voir.


J'ai de l'impatience, et je manque d'espoir.


Ce fils, ce cher objet de mes inquiétudes,


Qu'ont éloigné de moi des traitements trop rudes,


Et que depuis dix ans je cherche en tant de lieux,


A caché pour jamais sa présence à mes yeux.


Sous ombre qu'il prenait un peu trop de licence,


Contre ses libertés je roidis ma puissance ;


Je croyais le dompter à force de punir,


Et ma sévérité ne fit que le bannir.


Mon âme vit l'erreur dont elle était séduite :


Je l'outrageais présent, et je pleurai sa fuite ;


Et l'amour paternel me fit bientôt sentir


Il l'a fallu chercher : j'ai vu dans mon voyage


Le Pô, le Rhin, la Meuse, et la Seine, et le Tage :


Toujours le même soin travaille mes esprits ;


Et ces longues erreurs ne m'en ont rien appris.


Enfin, au désespoir de perdre tant de peine,


Et n'attendant plus rien de la prudence humaine,


Pour trouver quelque borne à tant de maux soufferts,


J'ai déjà sur ce point consulté les enfers.


J'ai vu les plus fameux en la haute science


Dont vous dites qu'Alcandre a tant d'expérience :


On m'en faisait l'état que vous faites de lui,


Et pas un d'eux n'a pu soulager mon ennui.


Pages:


1 | 2 | 3 > >>